Réaliser un audit d’e-reputation est une démarche visant à analyser les conversations des internautes sur une marque. Généralement, c’est la première étape dans la gestion d’une reputation en ligne. Certains organismes de formation proposent des sessions pour permettre aux apprenants comment auditer une réputation en ligne. Découvrez quelques axes importants de cet apprentissage.

Mesurer l’autorité de la marque

Dans le cadre d’un audit d’e reputation, il est capital de mesurer l’autorité de la marque. Le but est de savoir quel est le véritable poids de celle-ci dans les esprits et les habitudes des utilisateurs. À partir de l’audit, on connait mieux les communautés de la marque et comment elles la considèrent. L’auditeur se pose un certain nombre de questions lors de sa démarche. Il se demande notamment si la marque est une référence dans son domaine ou si ses fans en sont des ambassadeurs. En prenant la mesure de l’autorité de la marque sur internet, l’auditeur parvient à se faire une idée de son niveau de visibilité en ligne.

Définir des personas type

Pour avoir une bonne connaissance des communautés de la marque, il est nécessaire de définir des personas type. Il s’agit de sortes de portraits types de chaque utilisateur. Cela consiste à établir des catégories dans le lot d’internautes qui parlent de la marque. La définition des personas type est utile pour se faire une idée de l’identité numérique des utilisateurs en tenant compte de leurs objectifs et de leurs organiques. À cet effet, une grille peut être élaborée. Et elle sera remplie au fur et à mesure que les fans sont étudiés. Lors d’une formation dédiée à l’audit de l’e-reputation, la question des personas est abordée.

Faire le nécessaire pour apporter une vraie valeur ajoutée

Lorsqu’on réalise l’audit d’e-reputation d’une marque, on doit chercher à apporter une vraie valeur ajoutée à celle-ci. Il est, en effet, bon d’apporter une plus-value à tous les chiffres qui seront tirés de l’audit. Pour la réussite de cette analyse, la touche humaine doit être considérée.

Aussi, il est essentiel de transformer le quantitatif en qualitatif. Comprenez qu’il n’est pas question d’extraire un maximum de chiffres sur la présence en ligne de la marque. Car ce qui compte est de les faire parler afin d’établir des classements, des points d’amélioration communicationnelle et marketing ainsi que des insights. La finalité est de proposer une analyse réfléchie du travail d’audit.

Définir le contexte de l’information

Pour faire un bon travail d’audit, il est indispensable de définir des éléments de contexte. En d’autres termes, des indicateurs de mesure doivent être mis en avant. L’auditeur devra se demander à quel moment une information est considérée comme négative ou positive à l’encontre de la marque. Mais tout dépend de l’audience et des objectifs. Par exemple, si la totalité des fans de la marque se trouve sur Twitter, l’auditeur pourrait définir que l’indicateur de mesure le plus pertinent est le « tweet avec smiley ».

Analyser l’identité numérique de la marque

Lors d’une formation consacrée à la maitrise de l’audit d’e-reputation, les formateurs insistent sur l’importance d’analyser l’identité numérique de la marque concernée. Il est bon de savoir que l’identité numérique est relative à toutes les traces de la présence en ligne de la marque. Elle est composée de 3 types de traces :

L’identité déclarative : il s’agit de tout ce que la marque dit d’elle pour se positionner sur le web.

L’identité agissante : il s’agit des actions posées par la marque sur internet, de ses prises de paroles ou encore de ses opérations marketing.

L’identité calculée : il s’agit de ce qui permet aux plateformes de connaitre le parcours en ligne de la marque, comme les cookies.

L’identité numérique est le véritable support de la réputation en ligne de la marque. Il est ainsi primordial de la prendre en compte lors de l’audit d’e-reputation, un point sur lequel l’accent est mis lors d’une formation dédiée.